Les oreilles de carnivores sont naturellement enduites d’une production grasse, le cérumen. Ce cérumen est naturellement dirigé vers l’extérieur de l’oreille, par une migration de toutes les cellules du canal, à partir du tympan, vers l’ouverture auriculaire.

Les chiens qui ont des oreilles pendantes (cockers, caniches, cavaliers …) cumulent deux difficultés : l’air circule moins bien dans le conduit, la température est supérieure à celle du corps, et les pavillons collectent des poussières, des débris végétaux qui s’accumulent dans ce conduit .
Le chien s’ébroue naturellement les oreilles le matin au réveil, ou après un bain..
Mais s’il utilise sa patte, c’est qu’une démangeaison impérieuse, voire une douleur (s’il penche la tête), le forcent à se soulager en se grattant cette zone sensible.
Vous noterez alors l’éventuelle présence de dépôt brunâtre dans le conduit, une odeur désagréable, voire intenable, un bruit de « glouglou » si vous massez le conduit.
Chez les chiots, il n’est pas rare de trouver la présence d’acariens ( gale auriculaire) sans danger pour l’animal, mais qu’il faut traiter immédiatement.

Si cette gène est immédiate, sans prévenir, il y a tout lieu de penser à un corps étranger
( épillet), surtout de juin à septembre …

Si cette gène se met en place sur un certain temps, elle sera le fait d’une simple inflammation
( chiens dits « atopiques » qui subissent des allergies très fréquentes au niveau du museau, du pelage et des oreilles), ou d’un surinfection avec gonflement et douleur du conduit , et même du pavillon.
Si le pavillon apparaît très gonflé, on a probablement une très fine hémorragie qui laisse s’épancher du sang qui stagne dans l’oreille sous forme d’un caillot : un othématome.
Tous ces symptômes se recoupent au cours de maladies qu’on appelle forcément des otites, mais qui seront soignées différemment selon leur cause.
Certaines seront guéries immédiatement ( lorsque le vétérinaire extirpe un épillet ), d’autres maladies bien installées devront être soignées plusieurs semaines.
Une otite laissée sans soins est susceptible d’évoluer très défavorablement par rupture du tympan, ou par infection de l’oreille interne ( douleur vive, fièvre, pertes d’équilibre …).
Une hygiène bi-mensuelle, par nettoyage avec une solution non, agressive, permet de surveiller l’état du conduit, et d’agir immédiatement en évitant les séquelles.